Montez un muret de pierre

Le matériel nécessaire

  • Béton grossier
  • Pierres meulières
  • Lattes de bois
  • Pieux (fer ou béton)
  • Caillasse
  • Peinture antirouille
  • Grillage

Avant de débuter

Il faut savoir que pour monter un muret de pierre, il est nécessaire de posséder une certaine expérience dans la réalisation de travaux extérieure afin de monter un muret de qualité. Si vous ne disposez pas de cette expérience, il est vivement conseillé de faire appel à une entreprise spécialise. Sachant qu’il n’est pas toujours facile de trouver une entreprise qualifiée, l’idéal est encore de consulter les avis le bon artisan pour vous faciliter les recherches.

Les travaux de fondation

Plus le terrain est mauvais, plus la semelle doit être large : le muret, reposant ainsi sur une surface importante, ne risque pas d’être déséquilibré et de s’enfoncer dans le sol, même si une poussée de terre fait avancer la semelle de quelques centimètres.

  • Avec la pointe d’une pioche, tracez au sol les limites extérieures de la fouille. Faites en sorte que la largeur de la fouille ait 10 cm de plus, de part et d’autre, que celle du mur que vous voulez construire (un mur de 0,45 m d’épaisseur, par exemple, reposera sur une fondation de 0,65 m). Par précaution, délimitez la surface de travail en piquant en terre, à chaque angle, quatre morceaux de chevron sur lesquels vous clouerez des traverses. Vous pourrez ainsi tendre des cordeaux entre les traverses et commencer le terrassement en toute tranquillité.
  • A l’aide d’une pioche, creusez la fouille pour obtenir une profondeur de 0,30 m 0,40 m, environ, pour un terrain normal.
  • Otez à la pelle la terre ainsi dégagée. Le premier remplissage (0,10 m environ) s’effectue à la pelle. Vous le pilonnez soigneusement et avant le remplissage complet (à 5 cm du niveau du sol), posez tous les 0,50 m une petite latte de bois appelée « chemin » (cette latte étant disposée dans le sens de la largeur). Le dessus de la semelle est taloché au bouclier de bois (attendre vingt-quatre heures de séchage).
  • La fondation étant prête et sèche, à l’aide d’une craie bleue, faites le tracé de la largeur du mur, et disposez un papier (type Rubéroid ou similaire), posé à plat, qui évitera ainsi les remontées d’eau et les traces d’humidité qui pourraient faire verdir la pierre. Ce papier débordera de 2 ou 3 cm de part et d’autre du mur.

Construction du mur

Gâchez un mortier comportant une partie de ciment Portland et trois parties de sable. Étalez une première couche de mortier (environ 2 cm), prenez une pierre, posez-la (veillez à ce qu’elle soit bien horizontale) et tournez la face la plus régulière vers l’extérieur. A l’aide d’une truelle, enduisez les quatre côtés restants. Même travail pour chaque pierre.

Par assises successives, vous élèverez le muret à sa hauteur définitive en ayant soin de ne pas tacher avec le mortier le parement extérieur de la pierre et de réserver dans le mur un trou de 0,10 X 0,10 m, d’au moins 0,40 m de profondeur pour le scellement de chaque pieu (en fer ou en béton).

Dans le cas d’un mur en maçonnerie de cailloux ou silex, mettez à l’emplacement du trou une cale en bois que vous retirerez par la suite quand la maçonnerie sera sèche.

Finition du mur

Dégarnissez les joints entre les pierres sur une profondeur variant de 1 à 2,50 cm en utilisant la pointe d’une truelle. N’oubliez pas que les joints protègent le mur d’infiltrations éventuelles et que, quelle que soit leur forme, ils doivent être fortement serrés, tassés avec le fer à joints.

Pose du chaperon

Le chaperon est, en quelque sorte, le parapluie du mur. Il peut être exécuté en différents matériaux : béton, brique, pierre meulière, pierre brute, etc. Il doit être suffisamment en pente pour permettre l’écoulement des eaux de pluie. Le trou prévu dans la maçonnerie doit également exister dans le chaperon puisque vous aurez ensuite à poser les pieux.

Pose des pieux

Les pieux doivent être peints au minium un jour avant leur pose (bien insister sur la partie destinée à être scellée dans le muret). Ils seront posés verticalement et parfaitement alignés. Servez-vous d’un cordeau pour vérifier leur alignement. Les pieux seront scellés avec un mortier de ciment Portland. Avant d’installer le grillage, il est indispensable d’attendre une semaine pour la prise parfaite du mortier.

Pose du grillage

Qu’il s’agisse d’un grillage galvanisé ou plastifié, il se vend en rouleaux de 1m, 1,20 m, 150 m et plus, de largeur. Vous l’attacherez à chaque pieu et sur des fils lisses (préalablement tendus par des tendeurs installés à chaque extrémité de la clôture), eux aussi galvanisés. Tous les 25 cm environ, à l’aide de fil de fer mince et d’une pince, vous « ligaturerez» le grillage au fil support.

Post Author: Jean-Christophe